Blog

Les Trucs à savoir

La toux du Chenil, Les Symptômes, Prévention et Traitement

Les symptômes de la toux du chenil

La trachéobronchite infectieuse canine est caractérisée par la présence de symptômes respiratoires aigus et gênants pour le chien. L’apparition soudaine d’une toux rauque et sèche, persistante, sous forme de crises récurrentes et d’un écoulement nasal associé sont les symptômes principaux de la maladie. Un chien qui tousse peut être gêné et se fatiguer. Elle peut également déclencher des régurgitations. D’autres symptômes respiratoires comme des éternuements ou des difficultés respiratoires peuvent être constatés.

Ces symptômes chez un chien vivant en collectivité, revenant d’un séjour dans un groupe de chiens ou ayant été en contact avec un grand nombre de chiens évoquera la toux de chenil. En effet cette maladie est très contagieuse en collectivité comme dans les élevages, les refuges, les pensions ou les expositions canines.

SYMPTOMES DE LA TOUX DU CHENIL

Les symptômes respiratoires peuvent durer entre quelques jours à quelques semaines.

Dans certains cas une atteinte sévère de l’état général peut apparaître avec de l’anorexie, de la fièvre et un abattement marqué. Une pneumonie (infection des poumons) peut compliquer la toux de chenil. La mort peut subvenir dans de rares cas.

Les causes de la toux du chenil

La toux du chenil est souvent une co-infection à une bactérie appelée Bordetella bronchiseptica et à divers virus respiratoires : en particulier le Parainfluenza canin (CPIV) et l’adenovirus canin de type 2 (CAV-2).

Cette bactérie et ces virus peuvent seuls faire apparaître la maladie chez des chiens exposés à d’autres congénères contagieux. D’autres agents pathogènes peuvent contaminer le chien lorsqu’une infection primaire aux agents cités précédemment s’est installée. Il s’agit de bactéries comme le Mycoplame ou des Pasteurelles ainsi que des virus comme le Coronavirus respiratoire. Ainsi la toux du chenil est une maladie causée par de nombreux agents infectieux respiratoires.


La transmission des agents pathogènes se fait de façon directe. C’est le contact direct entre les nez des chiens ainsi qu’avec les aérosols contaminés (émissions lors des éternuements et de la toux) qui permet la transmission de la maladie.

Prévention : les vaccins contre la toux du chenil

Il existe plusieurs types de vaccin contre la trachéobronchite infectieuse canine.

La prévention de la toux de chenil chez le chien passe par une vaccination systématique de tous les chiens contre l’Adénovirus (CAV). On peut également vacciner contre le virus Parainfluenza (Pi). Ces deux vaccinations sont incluses dans la vaccination par injection de base du chien (associée à la vaccination contre la parvovirose et la maladie de carré). La vaccination sera commencée dès que possible chez le jeune chien.

Il est également fortement recommandé d’utiliser un vaccin contre la toux du chenil supplémentaire pour les chiens qui présentent un risque d’infection : séjour en pension ou en chenil, période de chasse, exposition canine ou agility… La vaccination se fait alors facilement par voie intranasale, au moins 72 h avant l’exposition potentielle à la maladie, et protège contre Bordetella bronchiseptica et le virus Parainfluenza. Malgré la vaccination les chiens sont susceptibles d’être contaminés par la maladie mais en général l’affection est nettement moins marquée.

En collectivité, et en particulier dans les élevages ou les animaleries, ce sont les mesures d’hygiène qui seront les plus efficaces pour compléter la vaccination. Par ailleurs les chiens malades et contagieux doivent être isolés.

Toux du chenil : traitement

Dans le cas de la toux de chenil, votre vétérinaire choisit le traitement le plus adapté au chien en fonction de la gravité de son atteinte respiratoire. Pour cela il réalise un examen clinique complet et se renseigne sur l’historique du chien. Il pourra évaluer la sévérité de l’infection avec différents examens complémentaires tels qu’une analyse biochimique du sang ainsi qu’une analyse et numération des cellules sanguines, une radiographie du thorax.

Si votre chien est en bon état général et ne souffre que de sa toux, il faut le laisser se reposer et s’assurer qu’il mange et boit correctement. La guérison se fait de façon spontanée chez de nombreux chiens en quelques jours à quelques semaines.

En revanche si son état général est affecté ou si le vétérinaire suspecte une infection des poumons par un des pathogènes de la toux du chenil, il devra lui faire prendre des anti-inflammatoires et antitussifs. Lors d’infection bactérienne des antibiotiques seront ajoutés au traitement. En cas de non-réponse au traitement antibiotique une analyse bactérienne pourra être demandée par le vétérinaire afin de s’assurer d’utiliser l’antibiotique le plus efficace. Dans les cas graves le chien devra être hospitalisé pour recevoir des soins plus intensifs.

Acquisition d’un chiot

Conseils pour l’acquisition d’un chiot ou chien adulte : l’adoption d’un chiot ou d’un chien adulte n’est pas un acte anodin. Il faut que cette action soit murement réfléchie : choix de la race, ses besoins, l’activité que l’on va pouvoir lui proposer, sa place dans la maison. On ne choisi pas un chien parce qu’il est « beau », et qu’il vous fait fondre au premier regard. Lorsque vous adopter un chiot ou un chien, ce n’est pas pour 1 jour, 1 semaine, 1 mois,… mais pour la vie du chien. Je suis à votre disposition pour vous accompagner dans vos interrogations sur :

Regardez cette bouille, mais attention !
ce n’est pas une Peluche, ni un Jouet,
alors REFLECHISSEZ avant d’adopter un chien
  • l’éducation à lui apporter,
  • la nourriture,
  • ses besoins quotidiens,
  • votre style de vie,
  • les premiers achats avant son arrivée
  • l’organisation et la position du chien à la maison, gestion de l’espace
  • la propreté,
  • la préparation à la séparation
  • tapis
  • gamelles
  • collier
  • laisse
  • jeux divers
  • nécessaire hygiène et brossage
Education à partir de 2,5 mois

Produits toxiques

Aliments, plantes, animaux, menaces pour votre chien !

Il existe de nombreux produits toxiques pour les chiens. Ces derniers sont présents dans notre quotidien et présentent un réel danger pour votre toutou. Il y a plusieurs catégories de produits toxiques, les aliments, des plantes ou encore des animaux. Nous allons nous intéresser à un aliment que nous aimons tous : le chocolat.

Peut-on donner du chocolat à un chien ?

La réponse est claire : NON !

Il contient une substance alcaloïde très mal tolérée par l’organisme des chiens. En effet, il suffit en moyenne de 100g de chocolat pour tuer un chien de 10Kg. Le bouledogue français et anglais ainsi que le boxer et le carlin seraient plus sensibles que les autres races à l’ingestion de chocolat à cause de leur problème cardiaque.

Les symptômes peuvent être digestifs (vomissements, diarrhée et à long terme ulcère), nerveux (agitation, tremblement, convulsion puis coma et la mort) et cardiaque. Le chien peut également avoir une respiration plus rapide.

Délai d’intervention

Lors de l’ingestion d’une grande quantité de chocolat, la mort peut survenir entre 6 et 24h. Si vous constatez ces symptômes, consultez immédiatement votre vétérinaire qui mettra en place ce qu’il faut pour éliminer la toxine.

Interdiction de donner du chocolat à votre chien sous peine de l’exposer à de gros problèmes de santé ou bien à la mort.

Les autres produits toxiques pour les chiens

Voici une liste non exhaustive de produits toxiques pour les chiens :

Attention à l’exposition de votre chien à certaines plantes de votre jardin !
  • Plantes pouvant causer des effets graves et potentiellement mortels : Azalée, Colchique d’automne, Cycas, graine de ricin, hémérocalle, If commun, If de Floride, If du japon, Kalanchoë, Laurier rose, Lis, Margousier, Muguet, Rhododendron
  • Plantes pouvant causer des effets importants, mais moins sérieux : Amarillys, Arum, Bambou, Iris, Jonquille, Lierre, Narcisse, Ortie, Rhubarbe, Tulipe
  • Aliments dangereux pour les chiens : Le lait, les os, le fromage, le jambon et les viandes grasses, le foie, le thon, le poisson cru, les oignons, l’ail,  les raisins (sous toutes ses formes), les champignons, le sel, la nourriture pour chat…
  • Animaux dangereux pour les chiens : Chenille processionnaire, crapaud, guêpe, méduse

Aliments et conséquences

Chien et épillet

Epillets entre les coussinets ou nasopharyngés

Les épillets sont de petites plantes qui, si elles peuvent paraître inoffensives, peuvent s’avérer en réalité très dangereuses pour le chien. Et pour cause : ces épis de petite taille ont tendance à s’incruster sous la peau et dans les orifices, et à entraîner de graves douleurs chez le chien. Comme seule une intervention vétérinaire permet de retirer les épillets du chien, il est important de les éviter au maximum !

Chien et épillet : quels sont les dangers des épillets pour les chiens ?

Les épillets sont des graminées sauvages de petite taille, qui semblent a priori bien innocentes. Et pourtant, il s’agit d’un véritable danger pour nos animaux de compagnie. Mieux vaut donc bien se renseigner à leur sujet, de manière à limiter les risques.

Qu’est-ce qu’un épillet ?

L’épillet est une plante, ou plus précisément une inflorescence, de la famille des graminées. Les épillets prennent la forme d’épis de petite taille, rassemblés autour d’une tige.

À l’arrivée de l’été, la tige se dessèche, et les épillets sont éparpillés aux quatre vents. Leur forme en épi et leurs extrémités piquantes les rendent alors très dangereux, puisqu’ils ont tendance à s’accrocher partout où ils le peuvent.

Remarque : ce n’est donc pas un hasard si l’épillet est aussi surnommé « le voyageur », lui qui a tendance à voler et à se retrouver partout où on ne l’attend pas.

Pourquoi l’épillet est-il dangereux pour les chiens ?

C’est bien la forme de l’épillet qui le rend dangereux pour les chiens (et les autres animaux).

Et pour cause, un épillet peut très facilement se coincer dans la peau ou dans les orifices d’un chien. Il suit alors un parcours bien précis :

  • La pointe de l’épillet, piquante, s’accroche très facilement au pelage du chien.
  • Si l’épillet pénètre dans la peau ou dans un orifice (oreille, narine, yeux, etc.), il entraîne une forte douleur.
  • Au fur et à mesure, la forme évasée de l’épillet le pousse à s’enfoncer de plus en plus loin.
  • Une fois enfoncé, l’épillet est impossible à retirer sans une intervention chirurgicale, car tenter de le tirer sans anesthésie entraîne une douleur importante chez l’animal.

Si l’épillet peut sembler être un mal limité de prime abord, il s’agit en réalité d’une urgence vétérinaire car, s’il n’est pas retiré, l’épillet va aller de plus en plus loin dans l’animal, jusqu’à entraîner des dégâts potentiellement irréversibles.

Bon à savoir : l’épillet s’accroche d’autant plus facilement sur les chiens à poil long et/ou frisé.

Quelles sont les complications dues aux épillets ?

Si un épillet n’est pas retiré dans les plus brefs délais, il peut avoir de graves conséquences sur la santé d’un chien.

Parmi les complications fréquentes dues à un épillet non retiré, on peut citer les troubles suivants : inflammation, infection, otite du chien, percement du tympan, lésions, etc.

Remarque : les dégâts occasionnés dépendent directement de l’endroit où l’épillet a pénétré le corps du chien (oreille, nez, vulve, pénis, etc.).

Dans les pires situations, un épillet peut entraîner la cécité, la surdité ou encore s’attaquer aux voies respiratoires.

Dans tous les cas, un épillet entraîne de fortes douleurs, qui s’aggravent avec le temps. Il convient donc de consulter un vétérinaire dès que vous soupçonnez la présence d’un épillet dans le corps du chien.

Chien et épillet : quels sont les symptômes d’un chien victime d’épillets ?

Il est important de repérer rapidement un épillet, de manière à le faire retirer au plus vite et à limiter les dégâts qu’il pourrait entraîner.

Différents symptômes vous permettent de comprendre que votre chien est victime des épillets : douleurs (grognements, jappements), éternuement, saignements de nez, boitillement, abcès, fièvre, séchage excessif, etc.

Si votre animal souffre de saignements ou semble atteint de douleurs après une promenade estivale en pleine campagne, consultez rapidement un vétérinaire.

Bon à savoir : gardez en tête que l’épillet peut toucher n’importe quelle partie du corps du chien. Les zones les plus sensibles sont cependant les narines, les oreilles, les yeux, les coussinets du chien ou encore les voies génitales.

Chien et épillet : comment retirer un épillet chez le chien ?

Il est impossible de retirer un épillet sans une intervention vétérinaire, car le retrait de cet épi sans anesthésie entraînerait des douleurs insurmontables pour le chien.

Comment peut-on faire retirer un épillet ?

Si vous soupçonnez que votre chien est victime d’un épillet, voici la marche à suivre :

  • Consultez un vétérinaire immédiatement et faites-lui part de vos interrogations.
  • Le diagnostic peut être simple (notamment si l’extrémité de l’épillet dépasse) ou nécessiter des examens spécifiques.
  • Plus l’épillet s’est enfoncé dans le corps de l’animal, et plus il est délicat à retirer.
  • Si l’épillet dépasse encore, il peut être retiré à la pince (mais non sans anesthésie).
  • Dans les cas les plus avancés, une anesthésie générale est nécessaire.
  • Un traitement médicamenteux peut ensuite être prescrit pour soigner les dégâts causés par l’épillet.

Attention : s’il peut être tentant d’essayer de retirer soi-même un épillet, nous vous le déconseillons formellement. Vous risquez en effet d’aggraver la situation, d’enfoncer davantage l’épillet et de faire mal au chien. Un chien touché par un épillet risque par ailleurs de devenir agressif et de mordre quand on essaie de le manipuler.

Chien et épillet : comment protéger son chien des épillets ?

Vous aurez compris que l’épillet est un danger à ne pas prendre à la légère durant l’été, d’autant plus qu’il risque d’entraîner de lourds frais vétérinaires.

Pour limiter les risques, ou éviter que votre chien soit à nouveau victime d’un épillet, différentes précautions sont à prendre :

  • En été, évitez au maximum les hautes herbes, ainsi que les zones à risque (champs, forêts, jardins, etc.).
  • Tondez votre pelouse à ras avant l’été pour éviter que des épillets ne s’y accrochent, puis s’accrochent au poil du chien.
  • Il est conseillé d’emmener votre chien chez le toiletteur canin pour une tonte et un démêlage avant l’été. Les animaux à poil long sont plus susceptibles d’attraper des épillets.
  • Après chaque promenade durant l’été, brossez votre chien et démêlez ses poils. Éloignez tout corps étranger et vérifiez qu’aucun épillet n’est présent.

Conseil : si vous repérez un épillet déjà enfoncé, consultez un vétérinaire en urgence. Un épillet rapidement pris en charge aura peu de conséquences, et sera plus simple et moins coûteux à faire retirer.

TRANSPORTER SON CHIEN EN VOITURE

Vous souhaitez partir en vacances avec votre chien ou vous voyagez régulièrement avec lui en voiture ? Afin de le transporter en toute sécurité, il est important de suivre quelques conseils car un chien en voiture se doit d’être protégé.

Que ce soit au niveau de la loi, pour la sécurité de votre animal de compagnie ou pour protéger les passagers dans l’habitacle, découvrez ces conseils. Il faut se préparer pour promener son chien , et cela passe par le transporter dans votre voiture.

Code de la route, que dit la loi ?

Nous voyons chaque jour des propriétaires de chiens (petits ou grands) transporter leur compagnon en voiture sans les attacher. Qu’il soit installé sur le siège arrière ou à côté du conducteur, il est important de respecter la loi et le code de la route.

Il est impératif de respecter le code de la route :

Tout animal dans un habitacle pourrait-être un danger pour lui-même ainsi que pour toutes les personnes présentes dans le véhicule. En cas de contrôle, il est donc impératif de respecter les articles suivants :

  1. Article R 412-6 : objet ou passager, la vision ainsi que les mouvements du conducteur ne doivent pas être gênés
  2. Article R 412-1 : tous les passagers du véhicule doivent être attachés à l’aide d’une ceinture de sécurité. Il en est de même pour votre animal de compagnie.

N’oubliez jamais qu’en cas d’accident en agglomération à 50 km/h, un chien de taille moyenne (20 kilos environ) deviendra un projectile mortel d’une tonne en cas de freinage brusque. N’oubliez jamais que la plupart des accidents ont lieu sur les trajets du quotidien.

Banquette arrière

Comme évoqué plus haut, votre chien ne doit pas gêner votre vision ainsi que vos mouvements. Il est donc préférable de ne jamais l’installer sur le siège passager à côté du conducteur (article Article R 412-6 du code de la route).

Ceinture de sécurité pour chien

Indispensable lorsque l’on souhaite attacher son toutou avec un harnais. Il suffira de la fixer au mousqueton du harnais et de la clipser à l’attache de la ceinture de votre véhicule. A la question faut-il attacher son chien en voiture, la réponse est bien entendu OUI.

Harnais de sécurité de voiture pour chien

Il suffira d’attacher le harnais de sécurité automobile à la ceinture de sécurité pour le protéger en cas de freinage. Fixé au poitrail, le harnais ne coupera pas la respiration comme un simple collier.

Un panier de transport pour la voiture

Nous parlons bien entendu d’un coussin ou panier pour chien prévu pour une utilisation en voiture. Qu’il soit fixé à l’appui tête (par exemple pour permettre aux petits chiens de voir la route) ou directement sur le siège, il permettra à votre compagnon canin d’être transporté sans abîmer les sièges. Cela évitera donc qu’il ne mette des poils de partout sur vos sièges. Mais aussi, cela lui évitera de glisser à chaque virage, un confort pour lui et cela évitera d’abîmer vos sièges avec ses griffes.

Grille de séparation

Grille ou filet, il existe deux sortes de séparations qui ne gêneront pas votre champ de vision ni vos mouvements. La grille peut se fixer à deux endroits possibles, un critère à avoir en tête avant de l’acheter :

  • Entre le coffre et les sièges arrière
  • Entre les sièges arrière et les sièges avant

Caisse ou cage de transport

Voici une autre solution pratique puisque votre chien sera en totale sécurité derrière les grilles de sa caisse de transport. Il ne mettra pas de poils partout, il n’abîmera pas vos sièges en tissu ou en cuir tout en étant en sécurité car c’est bien le point principal.

Où mettre le chien dans la voiture ?

Nous venons de voir qu’il ne faut pas placer votre chien devant, sur le siège passager. Il pourrait gêner les mouvements du conducteur ainsi que restreindre le champ de vision (par exemple ne pas voir dans le rétroviseur).

Mais alors, quel est le meilleur endroit entre le coffre et la banquette arrière ? La logique voudrait de privilégier le coffre, mais cela dépendra de la taille de celui-ci ainsi que de la solution choisie.

Coup de chaleur, comment l’éviter ?

Tout comme vous et votre famille, le chien pourrait être confronté à un coup de chaleur. Il est important de faire régulièrement des pauses, pour le conducteur mais aussi votre animal de compagnie.

Mais, parfois, nous ne pouvons ou ne voulons pas faire sortir notre animal de la voiture (par exemple sur une aire d’autoroute de peur qu’il ne se fasse écraser ou tout simplement de le perdre). Parfois, nous faisons une petite pause pour se rafraîchir dans une boutique ou pour acheter à manger en pensant que nous n’en avons pas pour longtemps. Mais, il y a toujours du monde et on y reste plus longtemps que prévu !

Il suffit de peu de temps pour avoir un coup de chaud en été à cause de la température, surtout dans un véhicule fermé. 

De plus, un chien âgé ou un chiot aura plus de mal à réguler sa température corporelle, donc à les surveiller encore plus.

Qui appeler quand un chien est enfermé dans une voiture ?

Nous venons de voir qu’il ne faut pas laisser un chien seul dans une voiture, surtout en plein soleil. La température dans l’habitacle va rapidement augmenter jusqu’à devenir insoutenable. Mais en fait, que faire si on voit un chien dans une telle situation, qui contacter, peut-on casser la vitre pour lui faire de l’air ?

Il est bien entendu conseillé en premier lieu de rechercher le propriétaire du véhicule. Si jamais vous voyez l’animal en situation de souffrance, il faudra dans ce cas signaler un animal en détresse en appelant par téléphone la gendarmerie ou la police.

Si jamais ils ne peuvent pas se déplacer ou en cas d’extrême urgence, il ne faut pas casser la vitre du véhicule. Néanmoins, l’article 122-7 du code pénal permet de ne pas être pénalement responsable lorsque l’on est face à une personne en danger. Il faudra par contre avoir au minimum deux témoins de la scène. Couvrez-vous au maximum en faisant des photos et vidéos afin d’attester la détresse de l’animal. Le mieux étant bien entendu de demander conseil auprès des forces de l’ordre, car ce type d’acte équivaut à la dégradation d’un bien d’autrui.